Tout savoir sur la période d’essai en pharmacie

Photographie d'une pharmacienne en période d'essai

En tant que professionnel de santé, il est légitime de se poser des questions sur la période d’essai en pharmacie.

Que vous soyez salarié prêt à débuter une nouvelle expérience professionnelle ou bien employeur, trouvez la réponse à toutes vos questions sur cette fameuse période d’essai 🤔

Découvrez dans cet article ce qu’est la période d’essai, sa durée ainsi que les éventuelles conséquences en cas de rupture de celle-ci.

Qu'est-ce que la période d'essai en pharmacie ?

Définition

L'article 19 de la Convention collective nationale de la pharmacie d'officine du 3 décembre 1997 définit la période d'essai en pharmacie.

Pendant cette période d'essai, l'employeur et le salarié ont l'opportunité de se tester mutuellement.

A quoi sert la période d’essai en pharmacie ?

La période d’essai en officine à un double objectif.

Tout d'abord, elle permet à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié et de vérifier la compatibilité de son profil avec l'environnement de travail de l'officine.

Ensuite, elle offre au candidat l'opportunité de se familiariser avec la pharmacie et de s'assurer que les missions qui lui ont été confiées correspondent à ce qui lui avait été présenté au départ.

La procédure liée à la période d’essai

La période d’essai en pharmacie d’officine doit respecter les conditions telles qu’elles sont inscrites dans la Convention collective :

  • La période d’essai n’est pas obligatoire ;
  • Elle doit être inscrite dans le contrat de travail ;
  • Elle peut être rompue à tout moment à condition de respecter un délai de prévenance ;
  • Une durée maximale doit être respectée, conformément au Code du travail, au contrat de travail ou à la Convention collective.

💡 Que faire en cas de renouvellement de la période d’essai ?

Si la période d’essai est renouvelée à la demande de l’employeur, il faut que cette dernière soit clairement indiquée dans le contrat de travail.

Quelle est la durée d'une période d'essai en pharmacie ?

Le cas d'un CDI

Les salariés en contrat à durée indéterminée (CDI) bénéficient d'une période d'essai maximale de 2 mois s'ils ne sont pas cadres ou assimilés cadres.

Les salariés cadres bénéficient de dispositions spécifiques quant à la période de préavis, comme l'indique l'article 4 de la Convention collective. En général, cette période s'étend sur une durée de 4 mois.

Le cas d'un CDD

Pour les contrats à durée déterminée (CDD), la période d'essai ne peut excéder 1 jour par semaine, avec une limite de 2 semaines, si la durée initiale du contrat est de 6 mois ou moins.

Si le contrat va au-delà de cette période, on fixe la période d'essai à 1 mois.

💡 A savoir : Si le contrat de travail à durée déterminée ne fixe pas de terme spécifique, on calcule la période d'essai en se basant sur la durée minimale du contrat.

Les cas particuliers

Succession de contrats de travail

Lorsque le contrat de travail à durée déterminée se termine et évolue en contrat de travail à durée indéterminée, la période d'essai prévue dans le nouveau contrat prend en compte la durée initiale du contrat précédent.

En cas de renouvellement de contrats à durée déterminée avec le même pharmacien titulaire et pour la même fonction, la durée cumulée de ces contrats est déduite de la période d'essai envisagée dans le nouveau contrat, que celui-ci soit à durée déterminée ou indéterminée.

Si un salarié en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation passe à un contrat de travail à durée indéterminée, déterminée ou temporaire au sein de la même entreprise, aucune période d'essai ne peut être imposée.

Les missions d'intérim

Lorsqu'une officine embauche un salarié venant d'une entreprise de travail temporaire après une mission d'intérim, on déduit la durée des missions effectuées dans l'officine au cours des 3 mois précédant le recrutement de la période d'essai éventuellement mentionnée dans le nouveau contrat de travail.

Les stages

Si, dans les 3 mois suivant la fin de votre stage intégré à votre programme de formation pendant votre dernière année d'études, vous êtes recruté, la période de ce stage sera déduite de votre période d'essai.

Cette déduction ne réduira cependant pas la période d'essai de plus de la moitié. Si le poste que vous décrochez correspond aux responsabilités que vous avez assumées en tant que stagiaire, la totalité de la durée du stage sera déduite de la période d'essai.

La rupture de la période d'essai

Quand et comment rompre l'essai ?

Durant la période d’essai en pharmacie, le salarié ou l'employeur peut mettre fin au contrat de travail sans verser d'indemnité de rupture. Ainsi, rompre un CDD durant cette période ne donne pas droit à la prime de précarité.

Il n’est pas nécessaire pour les parties de justifier la rupture de la période d’essai. Elle doit cependant être notifiée par écrit.

💡 Bonnes pratiques : Il est nécessaire de le faire par courrier recommandé avec un avis de réception ou par remise en main propre contre décharge.

Le délai de prévenance

En cas de rupture de la période d'essai en pharmacie, l'employeur et le salarié doivent respecter un délai de prévenance.

Ce délai minimum est déterminé en fonction de la durée pendant laquelle le salarié a été présent dans l'officine. En revanche, il ne dépend pas de la durée de la période d'essai.

Rupture à l’initiative de l’employeur

En cas de rupture de la période d'essai, l'employeur doit respecter un préavis. La durée de ce préavis est :

  • 24 heures si moins de 8 jours de présence ;
  • 48 heures entre 8 jours et 1 mois de présence ;
  • 2 semaines après 1 mois de présence ;
  • 1 mois après 3 mois de présence.

Si l'employeur ne respecte pas le délai de prévenance, le salarié a droit à une indemnité compensatrice. Cette indemnité sera calculée en fonction des salaires et avantages que le salarié aurait normalement touchés s'il n'y avait pas eu de rupture de la période en question.

Rupture à l’initiative du salarié

Si le salarié souhaite mettre fin à sa période d’essai, il doit notifier l’employeur par courrier recommandé avec un avis de réception ou par remise en main propre contre décharge.

De son côté, l’employé doit respecter le délai de prévenance selon les conditions suivantes :

  • 24 heures s'il a été présent pendant moins de 8 jours ;
  • 48 heures s'il a travaillé au moins 8 jours.

Vous maîtrisez désormais les différents éléments de la période d’essai en pharmacie. Si des questions subsistent, n'hésitez pas à les poser en commentaire. Sinon, partagez cet article avec vos confrères !

Dans la même catégorie : 

Comment recruter un pharmacien pour votre officine ?

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *